La fileuse B. Britten
Faut l'oublier!
le papillon et la fleur. Fauré
Béatrice Chaland /b.c.lerideaurouge http://bclerideaurouge.free.fr Copyright BCLERIDEAUROUGE - tous droits réservés l C'est bien au "Guichet Montparnasse" Que la musique nous enlace. Huit thèmes et trente-trois chansons, Trente-trois tours, microsillons. De petites révolutions En douceur et accordéon. Robe rouge et moutons tout blancs, Dans la nature souffle un vent De jolis refrains d'autrefois Qui nous mettent le cœur en joie. A l'évocation des désirs Et de leurs tendres souvenirs, Elle revit avec sourire Le rappel des premiers soupirs. Allures de fête foraine Où la soprano se fait reine Avec une panière pleine De surprises ainsi que de laine.
La presse en parle...
Quelques extraits du spectacle "Il était une femme."
Quand elle s'approprie Ronsard Et l'amour qui éclot un un soir, Quand, dans la vie il se fait tard, Mais où donc se niche l'espoir ? De valses en fins menuets, Elle chante ce qui lui plaît Parmi les quelques ritournelles D'un bonheur fugace et si frêle. Une mise en scène légère Qui laisse le corps s'exprimer. De l'innovation dans les airs, Récital qu'on ne peut qu'aimer. Quand les "paroles populaires" S'allient aux "textes littéraires", Desnos, Gautier, Hugo, Verlaine, Gripari ... Offenbach, Britten, Berlioz, Chausson, Fauré, Ravel ... Se succèdent à tire-d'aile. Il était une fois deux âmes, Il était un conte de femmes, Il était une grande dame Qui avec son bestiaire enflamme . ..
Christian Luc Morel, sur froggy'sdelight Marie Ordinis, sur son blog De jardin à cour
"Les Coups de cœur de Myrtha" IL ETAIT UNE FEMME, avec Françoise Pons au chant, Piotr Odrekhivskyy à l'accordéon dans une mise en scène de Jacques Dutoit. Spectacle musical avec la merveilleuse voix de soprano de cette chanteuse-comédienne accompagnée par un accordéoniste hors-pair. Ils nous promènent avec humour et poésie, dans l'univers amoureux des femmes, à travers des chansons françaises anciennes, des mélodies connues: Berlioz, Offenbach, Ravel.... et des poètes de tous les temps: Ronsard,Hugo, Gautier, Verlaine, Desnos... Un vrai moment de bonheur. A ne pas manquer. Myrtha Liberman Guichet Montparnasse - Paris. jusqu'au 28 décembre. les mercredis et vendredis à 19h
Ecouter, voir, lire....
Extraits sonores
Viens!dans ce bocage
Paris est au roi
Ode à Ronsard Mignonne
Les couronnes E. Chausson
Mon ami si ton âme
On voit la jeune Flore
dernier poème Desnos
Trois beaux oiseaux Ravel
En amour, quand on s'embarque
Volez Zéphirs amoureux!
Il était une femme. Sur les ailes de l’amour Spectacle musical au GUICHET MONTPARNASSE avec Françoise Pons : Soprano, Piotr Odrekhivskyy : Accordéon, mise en scène Jaques DUTOIT du 5 Septembre au 28 Décembre 2012 Les fleurs chantent-elles dans le pré ? On oublie souvent qu’elles sont immortelles et que leurs couleurs peuvent être musicales. C’est toute l’impression qu’occupent les vieilles chansons de notre enfance au coin d’un souvenir pour l’opéra des songes des sentiments lesquels, sous quelque forme qu’ils s’expriment, tempèrent nos mouvements de cœur. De la même façon que l’on ne regarde pas un coquelicot sans souhaiter faire disparaitre au même instant le périphérique et les voitures qui l’ignorent, il faut s’abstraire de notre panoplie technologique pour traverser la rue comme un simple piéton à la rencontre d’une poésie qui brille sous ses pieds. Ce bonheur-là Jaques Dutoit entend nous le faire partager en nous guidant simplement par la voix d’une soprano et d’un accordéoniste rompus au tricycle de la poésie, la musique et du chant. Les vers de Verlaine, Hugo, Desnos, Ronsard froncent notre mémoire à travers des mélodies légères mais ardentes faisant résonner en cascade une belle toupie qui valserait sous nos yeux étourdis. Complices, Françoise Pons et Piotr Odrekhivskyy s’offrent et nous offrent parmi d’éloquentes surprises, leur improvisation de « Mignonne » de Ronsard, « Le papillon et la fleur (Fauré, Hugo) « Faut l’oublier » (air populaire)‘et sans doute plus connus, « Les trois beaux oiseaux du paradis » (Ravel). Tout au long de son répertoire (33 chansons) Françoise Pons peut jouer sur les différents accents de l’amour, fil conducteur du spectacle : tendresse, colère, jalousie, innocence, coquetterie. Cela divertit l’âme, la secoue un peu comme des plumes, chatouillant nos cœurs endurcis qui s’accordent en sourire aux jeux de scène des deux artistes. Parmi les diverses flagrances du spectacle, les poèmes les plus courts sont les plus pénétrants. Une histoire de goût car le bouquet soigneusement ficelé par Jaques Dutoit est très riche. Dans leur conquête de l’amour, nul doute que l’alchimie créée par cette myriade de poèmes et de mélodies ne jette un sort heureux et infini à leurs vaillants interprètes. Paris, le 7 Septembre 2012 Evelyne Trân Théâtre au vent